Domaine de Montgiraud

 

Propriété de M. Adolphe Vuillaume, négociant : le plateau côté levant de la garenne s’étendait sur la face midi derrière son atelier de tonnellerie du chemin rural. Sur le côté nord de sa garenne à la limite du Taillan, il produisait un vin rouge, très correct de bonne qualité.

Ce domaine est le point le plus haut de notre cité, il domine le bourg, comme un observatoire. Il appartient à la famille Vuillaume depuis 1847.

Adolphe Vuillaume, propriétaire-négociant occupait une maison bourgeoise surélevée, avec perron et escalier à double révolution sur les deux faces. Côté couchant, une garenne de vieux chênes. Son entrée principale côté levant délimitée par une cour fermée par une grille sur bahut pierre avec un grand portail, bureaux et chais sur côté midi, le tout débouchait sur les plantations de vigne rouge sur bon terrain d’argile siliceux avec fond de marne bien encépagé ; il produisait un vin bouqueté, coloré, généreux, d’appellation bourgeois. Il fut primé à l’exposition de 1900, médaille d’argent. Sa production en moyenne variant de 15 à18 tonneaux.

Montgiraud-carte-postale-2

Montgiraud-carte-postale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mongireau-cuvier

Mongireau-labour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adolphe Vuillaume eut six enfants, dont un de ses fils M. Marc Vuillaume continua son commerce et sa propriété. Son père fut un bienfaiteur de cette cité. On lui devait sur son terrain, au bourg, la construction avec ses deniers d’un grand local dénommé « Cercle des Ouvriers » ; ce local était destiné au rendez-vous de tous les ouvriers, commerçants, etc., évitant les deux cafés existants formant deux clans politiques et bruyants. Ce fut très largement fréquenté, on y trouvait des jeux de société, des boissons légères à très peu de frais, on y faisait des conférences. Il y avait un petit théâtre pour jouer des petites pièces de comédie au profit du cercle, c’était un lieu de rencontres de gens sages. M. A. Vuillaume occupa une grande place dans cette commune, c’était un homme intelligent, animateur, discret, désintéressé et bienveillant, très estimé de son personnel et de la population.

Montgiraud-Vuillaume-etiquette

Raymond Valet, Feuillet d’une mémoire, Publication du G.A.H.BLE 1984, page 41 et 64.

1910-08-03-LPG-Vuillaume-vins

Paru dans le journal La Petite Gironde le 3 août 1910

Noms d’oiseaux donnés à une parcelle

 

Ces noms d’oiseaux donnés à des parcelles de vigne au domaine de Mongireau au XIXe siècle ont dû l’être par un ancien propriétaire facétieux. Ils sont conservés dans un dessin gardé au domaine.

Ils rejoignent à leur manière les microtoponymes qui désignaient dans la commune les moindres parcelles de terres.

La tourtel (tourterelle)

Le tit (le moineau)

Le roupie (le rouge-gorge)

L’hirounde (l’hirondelle)

Le pinsan (le pinson)

Le creck (passereau)

Le perlinquet (perdrix)

Le merle (merle)

La margasse (pie griège)

L’esparbey (épervier)

La couturse (torcol)

La tride (la grive)

La coudeite (bergeronnette ou hoche-queue)

Le cardounet (chardonneret)

La batane (gobe mouche noir)

L’agasse (la pie).

Montgiraud en mai 2008

2008-05-12-Montgireau-110
2008-05-12-Montgireau-094
2008-05-12-Montgireau-097
2008-05-12-Montgireau-110 2008-05-12-Montgireau-094 2008-05-12-Montgireau-097