Le budget de la municipalité en 1793

 

Le sept frimaire l’an 2e (7 décembre 1793), le conseil général de Blanquefort fixe les dépenses locales de la municipalité, « considérant que lesdites dépenses ont augmenté considérablement, les avons fixées comme suit à savoir :

1. trois tonneaux de boy à trente livres le tonneau     montant 90 livres

2. trois cent faissonnats à 50                                               150 livres

         (faissonnat : mot bordelais désignant un fagot de gros et petit bois)
3.  un millier de sarments                                                       20 livres
4.  quatre rames papier                                                          50 livres
5.  pour cire                                                                          30 livres
6.  plumes et encre                                                                  6 livres
7
.  pour appariteur                                                               150 livres
8.  loyer ordinaire des séances                                              200 livres
9
.  pour le secrétaire greffier                                                 300 livres
10. pour les chemins                                                            300 livres
11. pour le traitement du receveur                                         295 livres
          montant des trois deniers additionnels                            40 livres 
12. un quintal chandelle                                                        100 livres
13. entretien du presbitaire                                                     60 livres
                                                                                 Total 1 791 livres    

Laquelle somme de dix-sept cent quatre-vingt-onze livres a vous arrêté être portée sur l'état des dépenses locales de cette commune et payée par elle d'après l'avis et l'autorisation des directoires du district et du département. »

[orthographe respectée].

Extrait des délibérations de l'administration du canton de Blanquefort, registre 3, transcrit par Martine Le Barazer.