Cahier d'Emmanuel Durand.

De juillet 1890 à février 1896, Emmanuel Durand, pharmacien au bourg d’Eysines de 1883 à 1912, a rédigé, comme « correspondant littéraire », de nombreux articles publiés dans « La Gironde » et « La Petite Gironde ». Ces articles nous sont parvenus grâce à un cahier où ils ont été rassemblés par leur auteur. Des thèmes très variés y sont abordés : vie associative, vie politique locale, faits divers, fêtes… Leur lecture nous permet de mieux connaître la vie quotidienne à Eysines, en cette fin du 19ème siècle.

Cahier-Durand-couvertureCahier-Durand-1890-07-29-NB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                      

 

 

 

 Parmi les faits divers qui sont relatés figurent beaucoup de vols : vols très fréquents de légumes, de fruits, de volailles… ; plus rares : le vol d’une jument (article du 16 juin 1895) ou, dans la nuit du 4 au 5 juin 1891, au domaine de Lescombes, d’objets en zinc et cuivre. E. Durand note qu’il semblerait que ces vols se multiplient après l’arrivée du tramway à Eysines.

Cahier-Durand-1895-06-16-vol

Les accidents de la circulation sont nombreux et parfois graves, voire mortels comme celui qui coûte la vie au jeune Louis Aumailley, 6 ans et demi, tombé d’une charrette et écrasé (article du 5 novembre 1890).  

Cahier-Durand-accidents

Les incendies sont redoutés : incendie d’un chai (article du 13 octobre 1891), du hangar servant de domicile à un cordonnier (article du 4 mars 1895), et surtout de l’Hôtel du Centre (article du 24 octobre 1895). Lors de chacun de ces incendies, E. Durand insiste sur la solidarité des habitants mais il se fait aussi leur porte-parole en posant la question de l’équipement de la commune en pompes à incendie. Finalement, en 1895, une souscription est lancée pour compléter la somme votée par le conseil municipal en vue d’acquérir trois pompes à incendie : une pour le bourg, une pour Le Vigean, une pour La Forêt et le Grand Louis (article du 24 novembre 1895).

Cahier-Durand-1895-11-24-pompes-aincendie

Enfin, d’autres rubriques évoquent des bagarres, un exemple original de tapage nocturne (article du 10 octobre 1894 : un gamin a réveillé les habitants du bourg en soufflant dans une trompette…), des orages violents…

Cahier-Durand-1894-10-10-Bal-tapage-nocturne

Un autre thème auquel E. Durand s’intéresse beaucoup est celui des festivités qui rythment l’année et constituent des moments forts dans la vie de la commune et de ses habitants.

Durant la période du Carnaval, chaque année, les sociétés des fêtes organisent des bals masqués et un grand concours de cavalcades dont de nombreux articles rendent compte…

Les fêtes locales sont l’occasion d’animations variées : courses diverses, bals, feux d’artifice... Chaque « quartier » a sa fête : à Pâques pour Le Vigean, à la Saint Jean pour le Bourg et Lescombes, le 15 août à La Forêt et un peu plus tard, en août aussi, pour le Grand Louis.

Cahier-Durand-1892-02-24-Cavalcades

Lors de la Sainte Cécile, en novembre, est organisé un bal, « le dernier avant le départ des jeunes conscrits de la nouvelle classe » comme le précise E. Durand.

Il faut enfin retenir la mention de divers spectacles : concerts, représentations théâtrales donnés par des artistes locaux ou des troupes de passage.

Dans tous ces articles concernant les fêtes, le rôle des diverses associations et de leurs membres est mis en avant : société des fêtes du bourg, de Lescombes, du Vigean… ainsi que celui de la société musicale : l’Avenir d’Eysines.

La vie associative est évoquée aussi avec la Société de secours mutuel : les Amis de l’union dont la fête annuelle est annoncée dans un article du 7 novembre 1893 ; de même sont mentionnées, chaque année, l’assemblée générale et l’élection du bureau de la 729ème section de la société civile de retraite : les Prévoyants de l’Avenir, longtemps présidée par M. Guiraud.

La politique locale est abordée à plusieurs reprises. E. Durand s’intéresse à l’action du parti républicain au travers du Cercle du Progrès ou du Comité républicain. Il annonce réunions, banquets dont le banquet républicain du 14 juillet, il évoque certaines élections, sans cacher ses sympathies…

Cahier-Durand-1895-07-28-Parti-republicain

Quelques articles concernent la vie des écoles comme, en décembre 1891, la nomination d’une nouvelle directrice de l’école maternelle : Mme Léa Aran et, en janvier 1892, le compte rendu de la fête enfantine qu’elle organise dans la salle d’asile de la commune. De plus, chaque année, sont mentionnés les résultats du certificat d’études primaires : en 1894, « les quatre candidates présentées par Mlle Lucquio et six élèves de Mr Cazaumajou ont été reçus … »

Cahier-Durand-1890-07-29-ecole

Enfin, Emmanuel Durand se fait l’écho de la modernisation de la commune avec d’une part l’installation du téléphone (article du 10 octobre 1894) et, d’autre part, le prolongement de la ligne du tramway électrique Bordeaux-Le Vigean jusqu’à Eysines en juin 1895. Dans un article du 19 décembre 1894, il note : « cette nouvelle ligne vient compléter l’équipement de notre commune En effet, Eysines possède déjà : une station de chemin de fer économique, un bureau de poste avec télégraphe et téléphone, un éclairage système Paupaillon ».

Cahier-Durand-1895-06-Tramway

Ce recueil d’articles d’Emmanuel Durand présente donc un très grand intérêt grâce à la richesse et à la diversité de son contenu mais aussi par la qualité de son écriture. Il nous fait revivre le quotidien, fait de convivialité, de solidarité, mais aussi de difficultés parfois, des hommes, femmes et enfants de notre commune durant ces cinq années.

Texte extrait du blog de l’association Connaissance d’Eysines, 22 juin 2016, MH. Guillemet et E. Roux.