Les morts de 1914-1918 

Le 5 février 1922, grâce à l'infatigable activité de M. l'abbé Delhomme, curé de Ludon, l'église est dotée d'une seconde cloche, beaucoup plus importante que la première (700 kg). Cette cloche, dite des poilus porte sur ses flancs, gravés, les noms des enfants de Ludon morts pour la France pendant la grande guerre.

1914 : A. Delaube, R. Doumeret, Jean de Floris, R. Arcanuthury, G. Lemoine, D. Dupuy, J. Delaube, L. Arino, A. Richard.

1915 : J. Seguin, A. Cenon, A. Fontaine, P. Combes, A. Bonrepaux, A. Duchesne.

1916 : 1. Goiraud, A. Faro, 1. Lugasse, A. Hugon, P. Fréchaud.

1917 : J. Lucat.

1918 : M. Maurin, C. Bemard, Paul de Floris, G. Maurisset, A. Barateau, 1. Plaze, E. Blois.

1919 : M. Lussac.

Paul Duchesne, La chronique de Ludon en Médoc, Rousseau frères, Bordeaux, 1960.

Le monument aux morts 

Le 2 septembre 1923, inauguration du monument commémoratif élevé dans le jardin de la mairie en l'honneur des enfants de Ludon morts au champ d'honneur, sous la présidence de M. Billecard, secrétaire général de la Préfecture de la Gironde. Étaient présents à cette cérémonie : MM. Buhan et Chaumet, sénateurs ; Colonel Picot et Frouin, députés ; Miqueau, conseiller général ; Langlois, conseiller d'arrondissement ; le Colonel Patard, représentant le Général en chef ; le Colonel Drouin, représentant le Général d'Amade, président de l'Union des Combattants à Bordeaux ; le Colonel Legrand, président de la section des Anciens Combattants de Ludon ; les maires et adjoints du canton ; Lançon, maire de Blanquefort ; Durand-Dassier, maire de Parempuyre ; Dupin, maire du Pian ; Muscat, adjoint à Macau.

MAM-Ludon

Le monument représente un fantassin de la grande guerre lançant la grenade. Les noms des enfants de Ludon morts pour la France sont gravés sur son socle. C'est une œuvre originale et unique d'Edmond Chrétien.

P1370683

En 1945, la commune honora ses morts en faisant célébrer une grand'messe en plein air sur le champ de Mars. Une plaque commémorative unit leurs noms à ceux de la grande guerre sur le monument aux morts de la commune. Enfin, une croix romane stylisée, en fer forgé, très heureusement dénommée « Croix des Prisonniers », a été élevée sous la direction de l'architecte Henri Avinen, sur l'emplacement de l'ancienne croix qui existait au carrefour de Fontbonne.

Paul Duchesne, La chronique de Ludon en Médoc, Rousseau frères, Bordeaux, 1960.

MAM-Ludon-A-a-F

MAM-Ludon-F-a-S-et-rajoutsP1370688 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1923-09-23-La-Gironde-inauguration-1B1923-09-23-La-Gironde-inauguration-2B1923-09-23-La-Gironde-inauguration-3B

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article de La Gironde du 23 septembre 1923