Santé

La santé à Ludon en 1822

 

Au début de l'année 1822, parut une petite brochure, attribuée à M. de Pomies, dans laquelle était réfutée la thèse généralement admise que la commune de Ludon était particulièrement insalubre par suite des eaux stagnantes qui séjournaient dans les marais.

Déjà, les chirurgiens officiers de santé Courtade et Saubolle avaient soutenu la même opinion dans un rapport paru en 1806.

L'auteur de la brochure s'efforçait de prouver le contraire en se basant sur 12 années, de 1807 à 1818.

Il soutenait :

1° que les décès n'étaient pas plus nombreux à Ludon que dans les autres communes ;

2° que les naissances, pour ces 12 années, avaient surpassé les décès de 76 ;

3° que les eaux qui inondent temporairement les marais de Ludon ne croupissent pas ;

4° qu'enfin, la mortalité n'est pas plus considérable dans les habitations qui sont sur les bords des marais que dans celles qui en sont éloignées.

Néanmoins, la petite brochure arrivait à cette conclusion inattendue qu'il devient indispensable et même urgent de dessécher les marais de Ludon pour les assainir.

Paul Duchesne, La chronique de Ludon en Médoc, Rousseau frères, Bordeaux, 1960.