Présentation géographique

Saint-Médard-en-Jalles, avec ses 8 527 hectares (2 700 ha de terrain militaire, 1 400 ha de zone urbaine, 4 400 ha de zone rurale et de bois) est la commune la plus étendue de la Communauté urbaine de Bordeaux (C.U.B.). Elle est chef-lieu de canton depuis 1982. Située à 13 kilomètres du centre de Bordeaux, sur la route des plages océanes de Lacanau, du Porge et du Cap-Ferret, elle est délimitée par Saint-Aubin-de-Médoc, Le Taillan-Médoc, Le Haillan, Mérignac, Martignas-sur-Jalles, Le Temple et Salaunes. Sa population actuelle compte 26 000 habitants. Elle n'en comptait que 5 046 en 1920 et 6 995 en 1962. C'est la sixième commune de la Gironde.

La commune s'étend sur une grande plaine sablonneuse.

L’altitude maximale est d'environ 41 mètres vers le milieu du camp de Souges, à l'endroit de la ligne de partage des eaux séparant le versant de la Garonne du versant atlantique. Cette plaine est entaillée d'ouest en est par la Jalle. Celle-ci, étroite dans ses premiers kilomètres, s'élargit considérablement (54 mètres) entre Blanquefort et Bruges. Le sol est en majeure partie formé de sable et de graviers. L’argile apparaît au fond des nombreuses lagunes d'Issac et du Lignan et à Tiran.

Le sous-sol est formé de plusieurs variétés de calcaire. Deux roches dominent : la molasse de Caupian (sable cimenté par du calcaire) riche en fossiles (oursins et pectens) et le calcaire à astéries (étoiles de mer) du Thil, blanc parfois très dur.

Les terrains graveleux sont favorables à la culture de la vigne (350 ha en 1876). Saint-Médard-en-Jalles est la limite séparant le Haut-Médoc de la région des Graves. On y produisait d'excellents vins rouges avec les cépages cabernet-sauvignon, cabernet gris, carmenère, malbec et autres. Ces vins étaient vendus comme « petits médocs » ; quelques-uns étaient classés crus bourgeois. Les dernières vignes ont pratiquement toutes été arrachées. Au cours des siècles passés, on cultivait sur 500 hectares, le seigle, le millet et le chanvre. Il y avait très peu de prairies, beaucoup de « brousteys » (lieux où poussaient des taillis) appréciés par les moutons.

Les prés et les marais nourrissaient un cheptel bovin appartenant à 150 laitiers en 1899. Les cultures maraîchères existaient en bordure de la Jalle sur terrains sablonneux (110 maraîchers). Les bois, utilisés en bois de chauffage, étaient exploités sur plus de 4 500 ha. De nombreux stères étaient acheminés jusqu'à Bordeaux, pour la vente, par les muletiers et les bouviers. La forêt possédait surtout des pins, leur exploitation donnait du travail aux résiniers, aux « galipayres » (ligotiers), aux fagotiers, aux bûcherons... Quelques scieries permettaient aux métiers du bois, menuisiers, charpentiers, tonneliers, sabotiers de s'épanouir. L’acacia était utilisé pour les « carassons » (piquets de vigne) et pour sa fleur qui permettait aux « gardiens d'abeilles » (apiculteurs), nombreux sur notre commune, de fabriquer le miel d'acacia entre autres.

La Jalle, appelée jalle de Blanquefort, descend des landes de Saint-Médard où elle prend sa source à 29 mètres de profondeur à Cap-de-Bos. Dans sa course, elle s'enrichit des eaux de plusieurs ruisseaux pour former l'étang de Bonneau. Elle traversait le moulin de Bonneau aujourd'hui disparu. Grossie de la jalle de Martignas, elle passe sous le moulin de Caupian. Dans la poudrerie, elle baigne les ruines du château Le Castéra (XIVe siècle). Elle continue, fertilisant les jardins maraîchers, glisse sous le Pont-Rouge, alimente le moulin de Gajac, coupe la route départementale D6 Bordeaux-Lacanau. Ses rives sablonneuses permettent l'implantation de lavoirs privés et communaux auxquels de nombreuses blanchisseuses donnent vie. Elle se dirige ensuite vers le moulin du Thil, passe sous le pont de la piste cyclable (ex-pont de chemin de fer construit en 1884, rénové en 1997), longe la station de traitement des eaux de la C.U.B. et quitte Saint-Médard-en-Jalles à Gamarde. Elle traverse Le Haillan, Eysines, Le Taillan-Médoc, Blanquefort, Bruges avant de se jeter dans la Garonne après un parcours d'environ trente kilomètres.

Saint-Médard-en-Jalles au fil du temps. Ville de Saint-Médard-en-Jalles, 1999, 180 pages. Repères historiques par René Daix et Lucien Vergez, p. 5-6.

Origine de Saint-Médard-en-Jalles

La période de prospérité de la fin de l'empire romain, attestée dans notre région par les ruines d'Andernos, ne dépasse pas le Ve siècle, puis jusqu'au Moyen-âge aucun document écrit, aucun monument ne le renseigne sur les destinées de notre pays. On peut supposer que, seul un petit nombre d'habitants resta fixé sur le sol dévasté (par les invasions des Barbares) et qu'à l'époque romaine florissante succédèrent des siècles de misère et de lutte pénible pour l'existence (D. Duval).

On ne sait rien sur l'origine des paroisses rurales. L'époque où elles ont été créées, les autorités qui ont fixé leurs limites dans l'immense désert des landes, tout cela est inconnu. La première mention de Saint-Médard-en-Jalles connue date de l'an 1099. La foi religieuse est alors très grande. Quelques années plus tôt, le pape Urbain II au cours d'un long séjour en France réunit un concile à Clermont-Ferrand où fut décidée la première croisade (1095). L'année suivante, il consacra la cathédrale Saint-André de Bordeaux, non point l'édifice actuel mais celui qui existait antérieurement et dont on voit quelques vestiges du côté de la place Rohan.

En l'an 1099, l'archevêque de Bordeaux, Fort Gosselin, fit donation à l'abbaye de Sainte-Croix de Bordeaux des églises de Carcans, Sainte-Hélène, Lacanau et d'un territoire qui correspond à celui de la commune actuelle du Taillan. De telles confrontations de ce territoire nous intéressent : l'une « Villam sancti medardi de jales », l'autre « flumen jalle » signifiant : le village de Saint-Médard-de-Jalles, et la rivière de Jalle.

À l'époque gallo-romaine, on appelait villa la maison rurale, la maison des champs. Le plus souvent elle était entourée des habitations des domestiques, des esclaves ou des gens qui vivaient sous la protection du propriétaire. La villa comprenait aussi des dépendances : four, cuvier, chai etc. dans lesquels on mettait à l'abri ou fabriquait tout ce qui était nécessaire à l'existence. C'était donc le noyau d'une agglomération humaine. Plus tard, après la disparition de la villa soit par le temps soit par les guerres, on retrouve le reste de l'agglomération humaine désignée en bas latin sous le nom de villaticum d'où viennent, les substantifs français et patois : village et billatge car le v et le b se remplacent souvent l'un l'autre. L'habitant du villaticum était le villanus d'ou est dérivé le vieux mot français vilain. Ces agglomérations sont devenues nos villages. Les villages d'origine gallo-romaine portent toujours le nom d'un homme. Celui du propriétaire, du protecteur de la villa ou de son constructeur. Tel est le cas de la plupart des villages de notre commune : Gajac, Corbiac, Hastignan, Sérillan, Issac et peut-être Le Lignan. « Ces noms plus durables que des monuments conservent fidèlement le souvenir des anciennes familles gallo-romaines » (Male, revue des Deux mondes 1948, p.609). Si on remarque que la période gallo-romaine s'est prolongée durant cinq siècles, c'est-à-dire le quart de l'existence de notre pays depuis l'ère chrétienne, l'influence profonde romaine est très admissible.

Le village de Saint-Médard porte le nom d'un saint, ce qui prouve que la fondation est postérieure au Ve siècle, époque où le christianisme a pénétré dans notre région. « Il était très rare que l'érection d'une paroisse dans une localité romaine importante fit perdre à cette localité son nom ancien. Saint-Médard, Saint-Hilaire sont des noms chrétiens. Ces paroisses portant ces noms ne doivent pas être considérées comme des paroisses érigées au centre d'une agglomération ancienne importante mais comme des paroisses érigées au moment où se constitue le village auquel elle donnait le nom de leur saint patron, au Moyen-âge, au moment où le village prenait quelque importance. » (Revue historique 1909 p. 225).

Il est impossible de fixer une date même approximative à la fondation du village de Saint-Médard et de son agglomération dénommée le bourg dans les temps modernes. On ne possède pas de renseignements sur les raisons qui ont fait mettre notre église sous le patronage de Saint-Médard. Beaurein écrit que la délimitation de Saint-Médard-en-Jalles « qui est très ancienne lui a été attribuée soit parce que le ruisseau traversait cette paroisse du couchant au levant en y formant diverses sinuosités soit parce que la Jale prend sa source dans cette paroisse... Le mot Jale est celtique... ». Si, comme le conseille Brunhes (Géographie Humaine de la France) on s'appuie sur la forme la plus ancienne de Saint-Médard, « les formes antérieures avant 1 000 étant les plus précieuses parce qu'elles ont à peu près conservé le thème primitif », on peut donner notre explication. En effet, la forme primitive est « Sanctus Medardus de Jalesio » et non « ln Jalesio ». Dans ce cas, « de » indiquait la possession tandis que le « in » marquait l'inclusion. Or, le village de Saint Médard était situé dans la seigneurie de Jalles qui s'étendait du champ de foire actuel jusqu'au fossé bordant Hastignan à l'ouest. On peut donc penser que Saint-Médard-de-Jalle signifie Saint-Médard qui appartient à Jalles.

En 1268, on trouve encore la forme de Jalles et à partir de 1289 ou la forme « in Jalles » fait son apparition, cette dernière subsiste seule. Peut-être la prononciation d'une voyelle suivant une dentale était-elle plus aisée que celle de deux dentales à la suite l'une de l'autre ?

Enfin, la prononciation de Jalles s'est certainement adoucie au cours des siècles. On disait alors « Jallès », vestiges de la prononciation latine : Flumen Jallè (rivière de Jallée). Cette prononciation s'est maintenue dans quelques dénominations encore employées de nos jours : Lou Pas jallès, gué de la Jalle, en aval de Gajac, ou passait le chemin de Saint-Aubin à Bordeaux, Lou Cougniou (à pied) de Jallès, lieu-dit sur la route d'Hastignan au camp de Caupian et près de celui-ci, le lieu-dit Darrey (derrière) Jallès près d'Hastignan. On en trouve des exemples dans plusieurs documents : Pierre « De Gellez » possède la seigneurie de Jallès en 1587, Louis François De Grailly, seigneur de la maison noble de « Jallays » en 1770. On pourrait en citer beaucoup d'autres exemples. M. De Castelanau, géologue ordonné, orthographiait toujours Saint-Médard-en-Janez, mais peu à peu la prononciation française, substituant un e muet, a un à accentué, adoucit la prononciation gallo-romaine que personne n'emploie plus.

Notes du docteur Arnaud Alcide Castaing sur la paroisse de Saint-Médard-en-Jalles sous l’Ancien Régime et sur la commune de la Révolution au XXème siècle, dossier familial, 1946, 270 pages, p.30-31.

 

Introduction générale à l’histoire 

Le découpage des périodes historiques peut varier d’un pays à l’autre.

Pour la France :

- la Préhistoire qui recoupe les premières occupations humaines avant l’invention de l’écriture.

Après l’invention de l’écriture, c’est l’Histoire qui se divise en 4 périodes :

- l’Antiquité, de l'apparition de l'écriture jusqu'à la mort de Théodose Ier en 395 après J.C ou la chute de l'Empire romain d'Occident en 476 après J.C ;

- le Moyen Âge entre l’Antiquité et la Renaissance, soit de 395 après J.C ( ou 476 ) jusqu'à la chute de Constantinople par les Turcs en 1453 ou la prise de Grenade et la découverte de l'Amérique en 1492 ;

- l’Histoire Moderne s’étend du XVI au XVIIIe siècle jusqu’à la Révolution française ;

- l’Histoire Contemporaine commence en 1789 et dure jusqu’à nos jours.

Dans la terminologie universelle des historiens – à l'exception des historiens français – l'Époque contemporaine couvre toujours les derniers 75 ans environ avant le présent dans le sens où vivent encore des témoins, des contemporains de ces évènements . La lecture actuelle du mot « contemporain » par les historiens français est au sens où les événements qu'elle couvre ont des conséquences directes sur le monde actuel.

La première ressource de la commune, c’est sa terre que les hommes cultivent depuis des siècles, les céréales, les prairies où l’on élève vaches et chevaux, la vigne aussi, les jardins pour les légumes, les marais… Nous regarderons les artisans et commerçants, mais aujourd’hui, l’industrie contemporaine a donné un tout autre aspect à la commune.