Bruges.

On retrouve dans le toponyme la racine gauloise brucos, bruyère, ce qui indique que s’étendait là autrefois une lande inculte. Celle-ci fut ensuite défrichée pour laisser la place à des champs et à un village de cultivateurs. La cité s’appelait broja à l’époque féodale. Entre le 11e et le 13e siècle, les seigneurs et abbés poussèrent les paysans à défricher afin d’augmenter la production agricole, pour correspondre à une poussée démographique exceptionnelle, due à l’apparition d’un climat plus doux et au perfectionnement des techniques agricoles qui accrut le rendement. La population doubla en trois siècles, ce qui rendit nécessaire la création de nouvelles terres cultivables, d’où de nombreux défrichements.

Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages en Gironde, Éditions Bordessoules, 2001.

 

Bruges : 14 200 habitants (Brugeais), 1 422 ha, commune de la Gironde dans le canton du Bouscat, en banlieue nord de Bordeaux, dans l’ancienne zone maraîchère sur des terres qui furent poldérisées. Elle englobe la moitié occidentale du lac de Bordeaux, sur la rive duquel sont un club d’aviron et un club de voile, une maison du Bâtiment et des travaux publics et les bureaux de la Saunab (Société d’aménagement urbain du Nord de l’agglomération bordelaise), polyclinique Jean Villar (Aquitaine Santé, 200 sal., 133 lits), centre d’IRM et rééducation (la Tour de Gassies au nord-ouest), maison de retraite des Jardins d'Aliénor (60 sal.); centre d'apprentissage.

L'habitat est dense dans la partie sud-ouest de la commune, que traverse la rocade de Bordeaux dotée de deux échangeurs, plus récent et espacé autour du lac (le Tasta, Béquigneaux). Au sud-est sont le château Ausone, le grand cimetière nord de Bordeaux et le parc d’activités de Chavailles. Une réserve naturelle de 262 ha a été ménagée dans la plaine de la Jalle. La ville avait 3 400 hab. en 1946, 7 600 en 1975 et sa population aurait augmenté de 3 500 hab. de 1999 à 2008, donc d'un tiers. La gauche a gagné les élections de novembre 2010 ; le maire est Brigitte Terraza, directrice d'hôpital, socialiste.

La fonction productive se limite à peu près à une vénérable corderie (Sainte-Germaine, 50 sal.), héritière d’une ancienne manufacture royale pour la marine, dont les bâtiments sont protégés, et à une fabrique de cartes électroniques Andrew ex-Telia (60 sal.). L’activité est très marquée par la grande gare de fret avec marché-gare national et plate-forme logistique formant au nord de la commune un Centre international de fret, qui accueille de nombreux transporteurs et manutentionnaires comme SDV Logistique (2 700 sal.), Calberson (190 sal.), Dachser (95 sal.), Gironde-Express (80 sal.), Balguerie (80 sal.), Hillebrand (75 sal., allemand), Gras Savoye (55 sal.), Jungheinrich (50 sal.), Manutran (50 sal.), Plet (50 sal.), Shenker Stinnes (50 sal.), Fabre (45 sal.), Adam (40 sal.), Bourgey-Montreuil (40 sal.), Ducamin (40 sal.), Gefco (40 sal.), Valade (40 sal.), Vincent (40 sal.), Heppner (35 sal.).

Les activités tertiaires dominent ainsi, avec dans le commerce un hypermarché Leclerc (160 sal.),un magasin Darty (35 sal.), des négoces de médicaments (Alliance Santé, 70 sal.), de fournitures de bureau JDC (45 sal.), Fiducial Bureautique (35 sal.) et ABI (35 sal.); dans les services: informatique Aquitem (100 sal.), Cis-Valley (95 sal.), IS Systèmes (55 sal.), Alienor (30 sal.); assurances Gras Savoye (90 sal.), MMA '50 sal.); comptabilité Fiduciaire Aquitaine (40 sal.); fourniture de chaleur Dalkia (220 sal.), réseaux électriques Santerne (60 sal.), réseaux d'eau et de gaz Proxiserve (70 sal.), installations thermiques So Di Chauf (30 sal.), réseaux de fluides Dubreuilh (30 sal.), ingénierie Geotec (30 sal.), forages Soltenic (40 sal.); restauration collective Sodexo (50 sal.); constructions Delta (100 sal.); nettoyage ISS Abilis (520 sal.); publicité Clear Channel (50 sal.); et plusieurs garages.

Présentation de la commune de Bruges sur le site :tresordesregions.mgm.fr

Héraldique.

bruges

Écartelé, au premier d'argent à la vache contournée de gueules, au deuxième de gueules aux trois grappes de raisin accolées tigées et feuillées d'argent, au troisième de gueules aux trois annelets d'argent, au quatrième d'azur aux trois vanneaux d'argent rangés en barre ; sur le tout, un écusson en losange d'or à la clef renversée d'argent, panneton à senestre ; le tout sommé d'un chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'argent.

Le blason de Bruges : symbole de notre histoire.

Si Bruges est une ville parfaitement en phase avec son temps, dynamique économiquement, créative et ambitieuse, elle n’a cependant jamais renoncé aux traditions qui font son âme, aux valeurs qui font sa force.

           Les 3 fleurs de lys: elles rappellent l’allégeance de Bruges à la couronne royale (la création du blason est antérieure à la Révolution).

           La vache: elle représente les élevages de bovins historiquement localisés dans les marais du nord de Bordeaux.

           La grappe de raisin : elle symbolise le vignoble brugeais situé aux portes du Médoc dont l’exploitation a assuré la prospérité de la commune jusqu'à la seconde moitié du 19ème siècle.

           Les 3 cercles : illustrent les margelles des puits , représentent le mode d’arrosage des cultures maraîchères.

           Les 3 oiseaux : ils font écho à la pratique des chasses traditionnelles sur le territoire brugeais.

           La clé de Sainte Quitterie : la légende rapporte que cette clé détenait le pouvoir de guérir les malades de la rage. Un vitrail de l'église Saint Pierre témoigne de l’attachement des Brugeais à cette légende et a longtemps fait l‘objet de pèlerinages.

   

Introduction générale à l’histoire.

Le découpage des périodes historiques peut varier d’un pays à l’autre.

Pour la France :

la Préhistoire recoupe les premières occupations humaines avant l’invention de l’écriture.

Après l’invention de l’écriture, c’est l’Histoire qui se divise en 4 périodes :

l’Antiquité, de l'apparition de l'écriture jusqu'à la mort de Théodose Ier en 395 après J.C ou la chute de l'Empire romain d'Occident en 476 après J.C ;

le Moyen-âge entre l’Antiquité et la Renaissance, soit de 395 après J.C ( ou 476 ) jusqu'à la chute de Constantinople par les Turcs en 1453 ou la prise de Grenade et  la découverte de l'Amérique en 1492 ;

l’histoire moderne s’étend du 17e au 18e siècle jusqu’à la Révolution française ;

l’histoire contemporaine commence en 1789 et s'étend jusqu’à nos jours.

Dans la terminologie universelle des historiens – à l'exception des historiens français – l'Époque contemporaine couvre toujours les derniers 75 ans environ avant le présent dans le sens où vivent encore des témoins, des contemporains de ces évènements. La lecture actuelle du mot « contemporain » par les historiens français est au sens où les événements qu'elle couvre ont des conséquences directes sur le monde actuel.

La Première Guerre mondiale.

Surnommée la Grande Guerre, c'est un conflit militaire majeur qui eut lieu de 1914 à 1918, surtout en Europe de l'ouest et en Europe orientale et balkanique.

C'est une guerre qui a concerné la plupart des pays de l'époque ( France et ses colonies, Royaume-Uni, Russie, Japon, Etats-Unis), et a mérité le nom de guerre mondiale. C'est aussi une guerre qui a engagé des soldats venant de l'ensemble de la population (la plupart des familles avaient un ou plusieurs membres qui y ont participé) et dans laquelle tous les efforts d'un pays étaient engagés : c'est une guerre totale.

Au bilan, il y a environ 10 millions de morts (presque exclusivement des civils), dont 1,4 million de Français et 1,8 million d'Allemands. Il y a aussi 21 millions de blessés (dont certains au visage, qu'on surnomme à l'époque les « gueules cassées »). En France et en Belgique, dans les régions où les combats se sont fixés pendant près de quatre ans, les dégâts matériels sont considérables. Le moral des populations est très touché. Les personnes qui ont subi cette guerre espèrent que c'est la « Der des Der ».

Les hommes de notre canton ont été, comme dans tout le pays, largement mobilisés et entrainés dans ce conflit qui les a conduits loin de leur région. Les morts ont été recensés, parfois avec des erreurs, mais on n’a guère parlé des blessés, des gazés, des infirmes, des traumatismes de toute sorte, ni de la désorganisation de la vie sociale et du rôle des femmes remplaçant leurs hommes...

Vous trouverez sur le site le recensement des morts de chaque commune et des faits racontés par les survivants.

Le bilan humain de la guerre.

Militaires : Tués: 9 750 000, dont : Allemagne 2 040 000 ; Russie 1 810 000 ; France 1 350 000 ; Autriche-Hongrie 1 100 000 ; Royaume-Uni 850 000 ; Empire ottoman 900 000 ; Italie 650 000 ; Serbie 450 000 ; Roumanie 250 000 ; États-Unis 120 000.

Total alliés : 5 700 000. Empires centraux : 4 020 000

Blessés : 21 250 000, dont : Russie 5 000 000 ; France 4 270 000 ; Allemagne 4 250 000 ; Autriche-Hongrie 3 600 000 ; Royaume-Uni 1 600 000 ; Italie 950 000 ; Empire ottoman 400 000 ; États-Unis 210 000 ; Bulgarie 152 000.

Civils : Tués: 8 800 000, dont : Empire ottoman 4 200 000, dont environ 1 500 000 Arméniens victimes du génocide turc ; Russie 1 500 000 ; Serbie 800 000 ; Italie 600 000 ; Autriche-Hongrie 460 000 ; Allemagne 420 000 ; France 300 000.

Extrait du dossier Sud-ouest, Hors-série octobre 2014.

La Seconde Guerre mondiale.

Conflit planétaire qui, de 1939 à 1945, opposa les puissances démocratiques alliées (Pologne, Grande-Bretagne et pays du Commonwealth, France, Danemark, Norvège, Pays-Bas, Belgique, Yougoslavie, Grèce, puis URSS, États-Unis, Chine, et la plupart des pays de l'Amérique latine) aux puissances totalitaires de l'Axe (Allemagne, Italie, Japon et leurs satellites, Hongrie, Slovaquie, etc.). La Seconde Guerre mondiale, qui coûta la vie de plus de 40 millions de personnes, a duré six ans, du 1er septembre 1939, date de l'agression allemande contre la Pologne, au 2 septembre 1945, jour où le Japon capitula. Circonscrite à l'origine à l'Europe, elle devient véritablement mondiale avec l'entrée dans la guerre, en 1941, de l'URSS, du Japon et des États-Unis. Le nombre des belligérants, la nature et la puissance des moyens mis en œuvre, le caractère idéologique du conflit donneront plus d'ampleur encore à cet affrontement qu'à celui de 1914-1918. Conflit planétaire qui, de 1939 à 1945, opposa les puissances démocratiques alliées (Pologne, Grande-Bretagne et pays du Commonwealth, France, Danemark, Norvège, Pays-Bas, Belgique, Yougoslavie, Grèce, puis URSS, États-Unis, Chine, et la plupart des pays de l'Amérique latine) aux puissances totalitaires de l'Axe (Allemagne, Italie, Japon et leurs satellites, Hongrie, Slovaquie, etc.).

La Seconde Guerre mondiale a beaucoup marqué notre territoire. C’est la première fois depuis fort longtemps qu’un occupant ennemi est venu écraser de sa puissance une terre pacifique et plutôt sans histoires.

Vous trouverez des articles concernant chaque commune, les monuments aux morts et des faits relatant cette période, qui par ailleurs a été longuement étudiée par Catherine Bret-Lépine et Henri Bret dans un ouvrage récent : Années sombres à Blanquefort et dans ses environs, Publications du G.A.H.BLE, 2009, 300 pages.

La guerre d’Algérie.  

Cette guerre (1954-1964), longtemps niée, car on ne parlait pudiquement que des « événements », a fortement marqué les jeunes de 20 ans qui ont effectué tout ou partie de leur service militaire comme appelés du contingent pour seconder les troupes de l’armée française.

Peu de traces écrites de cette tragédie dont on sait qu’elle a été traumatisante pour ces jeunes, peu et mal préparés à affronter la réalité sociologique et géopolitique de la décolonisation en Algérie, compliquée il est vrai par la forte présence des pieds-noirs.

Il reste à écrire sur cette guerre, recenser les anciens du contingent qui sont allés là-bas, recueillir leur expérience, mais le silence a recouvert les chocs psychologiques reçus pendant les longs mois passés, de 12 à 24 ou même 28 mois pour un bon nombre d’entre eux.

Inventaire de différentes cartes consultables sur internet.

CARTE DE MASSE.

Echelle 1/28800. Début du 18ème siècle

Claude Masse (1652-1737) est un ingénieur géographe connu pour ses plans de fortifications et ses travaux en Charente. Après des relevés sur le terrain, effectués entre 1707et 1709, il a dessiné une carte de l'ensemble du Médoc à l’échelle de trois lignes pour 100 toises, soit 1/28 800. Il s’agit d’une carte en 13 feuilles, à l’échelle de « 3 lignes pour 100 toises » soit 1/28.000. C’est une carte manuscrite en couleurs, elle peut être consultée à la Bibliothèque municipale de Bordeaux. Lorsqu’il effectuait ses relevés sur le terrain, Masse notait sur des carnets toutes ses observations, y compris son jugement sur les peuplades locales aux mœurs plutôt rudes. Cette carte est digne d'intérêt car c'est la première carte à grande échelle de la région. Seuls, les reliefs importants sont figurés. Ce sont les lignes de coteaux bordant la Jalle et ses affluents, et d'autres moins évidentes sur le terrain. Si le dessin de la Jalle est très précis, celui des ruisseaux est souvent approximatif. Il n'y a aucune différence entre les chemins les plus importants et les autres, ce qui donne un réseau assez confus. Cette carte étant antérieure à la construction des routes de Tourny, elle montre les tracés des anciennes voies. Les bois, près et vignes sont parfois mentionnés. Les toponymes sont souvent approximatifs.

CARTE DE BELLEYME.

Echelle 1/43200. Seconde moitié du 18ème siècle.

Pierre de Belleyme (1747-1819) est un ingénieur géographe du roi Louis XV. En 1761, un arrêt du Conseil du Roi ordonne le levé de la Carte de la Guyenne, aux frais de la province. L’entreprise cartographique confiée à Pierre de Belleyme qui laissera son nom à la carte. Les levés, effectués de 1761 à 1774, au 1/43 200ème à une échelle double de celle de la Carte de Cassini, permettent de soigner la partie topographique du travail : la légende différencie les routes et les chemins ; elle distingue les forêts et les bois, les châtaigniers, les « pinadas », les landes, les marais et les dunes de sable. Le réseau hydrographique est soigneusement étudié.

CARTE DE CASSINI.

Echelle 1/86400. Seconde moitié du 18ème siècle.  

La carte de Cassini ou carte de l'Académie est la première carte générale et particulière du royaume de France. Il serait plus approprié de parler de carte des Cassini, car elle fut dressée par la famille Cassini, principalement César-François Cassini (Cassini III) et son fils Jean-Dominique Cassini (Cassini IV) au 18ème siècle. L'échelle adoptée est d'une ligne pour cent toises, soit une échelle de 1/86400 (une toise vaut 864 lignes). Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. Les trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail.

ATLAS DE TRUDAINE.

Echelle 1/8600. Seconde moitié du 18ème siècle.

Les atlas dits « de Trudaine » furent élaborés au 18ème siècle, à l’instigation de l’intendant, Daniel-Charles Trudaine,  puis directeur des Ponts et Chaussées qui leur laissa son nom. Le but était de dresser une carte générale des routes royales de France. Les travaux de levé prirent quelque trente-cinq années, s’étalant de 1745 à 1780 environ. Chaque route royale fit l’objet d’un dessin précis, incluant en outre toutes les constructions existant sur une étendue de six lieues de part et d’autre de la chaussée : pont, moulin, ferme, grange, hameau, ville.

CARTE D’ETAT-MAJOR au 1/80000.

Echelle : 1/80000. 1818-1875.

Cette carte succède à la  carte de Cassini. La carte d'État-major est une carte générale de la France réalisée, dans sa première version, entre 1818 et 1875. Pour la première fois, des mesures précises d’altitude sont effectuées. Même si la figuration rationnelle du relief reste la grande nouveauté par rapport à la  carte de Cassini, il n'en demeure pas moins que, malgré la présence de points côtés sur la carte, on ne peut donner l'altitude exacte d'un point quelconque du document final.

Elle doit son nom au fait qu’elle était destinée avant tout aux militaires ; la couverture des régions frontalières a été prioritaire, celle du Sud-ouest plus tardive.

CARTE D’ETAT-MAJOR au 1/50000.

Echelle : 1/50000. 1898.

À partir de 1898, la carte d’état-major est éditée à l’échelle 1/50000 qui en simplifie l’utilisation : 1 centimètre y représente 500 mètres. Dans ses premières éditions, le relief est toujours représenté par des hachures. Mais cette carte évolue : en 1900 elle est en couleurs, en 1922, le relief est figuré par des courbes de niveau qui permettent de déterminer l’altitude de chaque point.

CADASTRE NAPOLEONIEN.

Echelle 1/2500. 1808-1812.

Le cadastre est un système d'évaluation et de définition des propriétés foncières servant de base à l'assiette fiscale de l'impôt foncier et à sa juste répartition. Il indique, pour chaque commune du territoire, l'emplacement, la surface et la valeur de tout bien foncier. Il est instauré sous Napoléon 1er par la loi du 15 septembre 1807 mais sa mise en œuvre peut être plus tardive.

Le cadastre se compose de trois éléments : le plan parcellaire ou plan cadastral : - découpage de la commune en sections et en parcelles, - les états de section : répertoire des propriétaires, nature des sols (cultures), toponymie au moment de l'établissement du cadastre, - la matrice des propriétés bâties et/ou non bâties : enregistrement des modifications et des mutations relatives aux biens fonciers.

Les plans cadastraux "napoléoniens" de la Gironde, conservés aux Archives départementales, ont fait l'objet d'une numérisation intégrale et sont consultables sur internet.

Introduction à la géographie humaine.

Nous proposons l’étude du déroulement de la vie à travers le changement de l’espace, comment nos ancêtres ont structuré leur village en tenant compte des réalités géographiques dans lesquelles ils vivaient dans les rubriques suivantes :
- le peuplement,
- la démographie et les recensements,
- la toponymie,
- la voirie,
- les transports,                                                                                                                                                                                                                                                                           - l’économie.
« La géographie humaine est l'étude spatiale des activités humaines à la surface du globe, donc l'étude de l'écoumène, c'est-à-dire des régions habitées par l'homme.
Cette branche de la géographie est donc par définition une science humaine.
Ses domaines sont très variés et font appel aussi bien à la démographie, à la sociologie, à l'économie, à l'histoire, au droit ou encore à la politique.

La géographie humaine comprend elle-même de nombreuses spécialités :
- la géographie de la population
- la géographie rurale
- la géographie urbaine
- la géographie sociale
- la géographie économique
- la géographie des transports
- la géographie politique
- la géographie culturelle
- la géographie religieuse ».

Les autres rubriques seront abordées dans le chapitre de la population : vie culturelle, vie politique, vie religieuse, loisirs, la langue.

Comment nos ancêtres ont structuré leur village en tenant compte des réalités géographiques et des évolutions politiques dans lesquelles ils vivaient.

La toponymie (du grec tópos, τόπος, lieu et ónoma, ὄνομα, nom) est la science qui étudie les noms de lieux, ou toponymes. Elle se propose de rechercher leur signification, leur étymologie, leur évolution et leur impact sur les sociétés. Avec l'anthroponymie (étude des noms de personnes), elle est l'une des deux branches principales de l'onomastique (étude des noms propres), elle-même branche de la linguistique.

Outre l'étude des noms de lieux habités (villes, bourgs, villages, hameaux et écarts) ou non habités (lieux-dits), la toponymie étudie également les noms liés au relief (oronymes), aux cours d'eaux (hydronymes), aux voies de communication (odonymes, ou hodonymes).

Le glossaire de la toponymie.

Pour permettre au lecteur de se familiariser avec le vocabulaire propre à la toponymie.

  • Anthroponymie : étude des noms de personnes,

  • Étymologie : étude de l’origine et de l’évolution d’un mot,

  • Éponyme : qui donne ou emprunte son nom à quelque chose,

  • Hydronyme : nom de lieu ayant trait à l'eau (ruisseau, source, fontaine, rivière, fleuve),

  • Hypocoristique : mot traduisant une intention caressante, affectueuse (ex. Margot pour Marguerite).

  • Microtoponymie : partie de la toponymie concernant les noms de lieux-dits de faible étendue, de maisons, de champs, de pièces de terre,

  • Onomastique : étude générale des noms propres. Elle est essentiellement composée de l'anthroponymie et de la toponymie,

  • Patronyme : nom de famille (de pater « père et onoma « nom) par opposition à prénom, ou surnom,

  • Toponyme : nom de lieu en général,

  • Toponymie : science de l'origine et de l'étymologie des noms de lieux. On dit aussi toponomastique,

  • Radical : partie essentielle d'un mot, qui en exprime le sens principal.

Texte extrait : Les feuillets n°3 de la mémoire, ouvrage collectif édité par le Comité d’animation communale de Parempuyre, 1995, p.14.

La voirie désigne à la fois l'ensemble des voies de circulation (le réseau routier: routes, chemins, rues, etc..)  et la nature et la structure de ces voies (voie unique, 2 x 2 voies, etc.).

Les types de voies :

 

Le boulevard : large voie faisant le tour d’une ville (sur l’emplacement des anciens remparts), généralement plantée d’arbres (1803 bolevers « ouvrage de madriers », puis « remparts » avant 1365 ; du moyen néerlandais bolwerc).

L’avenue : large voie urbaine, plantée d’arbres proche du boulevard (1549, forme verbale de : avenir, « arriver »), l’équivalent de la fameuse « perspective » des Russes.

Le cours : du latin cursus, action de courir, voyage. Au 17ème siècle, influence de l’italien corso : longue et large avenue servant depromenade. On en trouve à Bordeaux et au Bouscat.

La place : lieu public, espace découvert, généralement entouré de constructions (1080 « endroit » latin populaire platea) place d’une ville grecque agora, d’une ville latine forum. La place publique : en public, aux yeux de tous. Elle est souvent proche de l’église et servait aussi de marché.

La rue : voie bordée de maisons, au moins en partie, dans une agglomération (1080 latin ruga ride). Une petite rue devient le diminutif : ruelle  

La route : voie de communication terrestre aménagée, plus importante que le chemin, située, hors d’une agglomération ou reliant une agglomération à une autre (12ème siècle latin médiéval rupta, ellipse de via rupta, latin classique rumpere viam « ouvrir un passage »). 

La voie : espace à parcourir pour aller quelque part, cet espace lorsqu’il est tracé et aménagé (11ème siécle du latin via, voie)

Le chemin : voie qui permet d’aller d’un lieu à un autre (1080 latin populaire camminus, mot gaulois)

Le square : mot anglais, proprement « carré » (de l’ancien français esquarre cf. équerre), utilisé au milieu du 19ème siècle, désigne un petit jardin public, généralement entouré d’une grille et aménagé au milieu d’une place.

L’impasse : petite rue qui n’a pas d’issue (1761 de « in » (privatif) et passer : on ne passe pas !)

Le rond-point : (rond-point « demi-cercle » en 1375 de rond et point « lieu, emplacement » : place circulaire (1831) d’où rayonnent plusieurs avenues, extension du carrefour vers lequel convergent plusieurs allées dans une forêt ou un jardin (1708).

Le quai : 1311, mot normand et picard, dérivé du latin dès 1167, du gaulois caio « enceinte » : voie publique aménagée entre les maisons et un cours d’eau, sur la levée de terre, soutenue par un mur de maçonnerie. Les quais sont connus à Bordeaux et à Paris, mais Parempuyre en possède un sur la Garonne, ce que Blanquefort n’a pas osé à ce jour...

La première ressource de la commune, c’est sa terre que les hommes cultivent depuis des siècles, les céréales, les prairies où l’on élève vaches et chevaux, la vigne aussi, les jardins pour les légumes, les marais… Nous regarderons les artisans et commerçants, mais aujourd’hui, l’industrie contemporaine a donné un tout autre aspect à la commune.

Le patrimoine du canton est particulièrement riche, en particulier de par sa proximité avec la ville de Bordeaux, dont la plupart des grandes familles avaient une maison d’été dans la ceinture verte des environs.

Nous présenterons successivement :

- les châteaux et belles demeures

- les maisons basses

- les moulins, lavoirs, puits…

- l’église et le cimetière figurent dans la rubrique : vie religieuse.

- les écoles dans la rubrique : population.

Au cours du 19ème siècle, les riches Bordelais, propriétaires de domaines aux environs de Bordeaux, rivalisaient entre eux. Ils avaient des vignes qui leur rapportaient de bons revenus, ils vivaient l’été dans leurs « résidences secondaires » et cherchaient par l’originalité de leurs aménagements à marquer les esprits de leurs visiteurs. Parmi ces marqueurs sociaux, on retrouve la grandeur et la beauté de la demeure, la majesté du portail, le vivier si un cours d’eau est proche, parfois une vacherie, une serre, un jardin et sans doute le plus impressionnant un parc constitué d’essences rares et exotiques.

Dans cette rubrique, vous trouverez les caractéristiques de l’organisation de la vie de la commune, les personnalités qui l’ont marqué, la langue et la démographie…

Cette rubrique relate des faits survenus dans la vie quotidienne des habitants de la commune.

Ouvrages, documents, sites internet, photos, vidéo ... etc qui ont pour thème la commune. 

Liste de références d'ouvrages ou d'autres documents (articles de revues par exemple), ayant la ville de Bruges comme caractéristique commune.

Liste de sites internet de référence ayant la ville de Bruges comme caractéristique commune.