La pratique religieuse en 1840.

 

 « En 1840, l’évêché de Bordeaux adresse un questionnaire aux curés des paroisses, en lien avec ses visites pastorales.

 

Eysines

St Médard

Macau

Ludon

Le Taillan

Bruges

Parempuyre

 

Communiants à Pâques   Hommes

4

0,16%

10

0,55%

150

9,48%

20

1,87%

140

14,29%

4

0,41%

10

1,45%

 

 

Communiants à Pâques Femmes

40

1,59%

150

8,23%

400

25,28%

100

9,35%

180

18,37%

?

40

5,78%

 

Enfants de plus de 18 ans n’ayant pas fait la 1ère communion

14

0,56%

0

moins de 2

inf à 0,13%

2 ou 3

0,23%

2

0,20%

0

?

 

Mariages non bénis

4

0,16%

4

0,22%

2

0,13%

3 ou 4

0,33%

1

0,10%

5

0,51%

3

0,43%

 

Population en 1841

 

2520

1822

1582

1070

980

979

692

La religion continue à rythmer la vie ; rares sont les mariages civils non bénis, l’immense majorité des enfants font leur première communion.

Par contre, la pratique religieuse est beaucoup moins uniforme : d’une paroisse à l’autre, le nombre de communiants à Pâques varie beaucoup, particulièrement chez les hommes. Eysines brille par son manque de participation, y compris chez les femmes. Peut-être peut-on trouver là ce qui a inspiré le cardinal Donnet pour la ré-évangélisation de son diocèse ».

Source : Archives départementales. 1840. Dossier 2 V 187.  Michel Baron.