Présentation du Médoc.

Le Médoc est porteur d’une forte identité locale due notamment à son histoire ainsi qu’à ses multiples facettes.

* Localisation.

C'est une véritable presqu'île, délimitée à l’ouest par l’océan atlantique (environ 88 km de côte océanique) et à l'est par l’estuaire de la Gironde. Sa limite nord est naturellement délimitée par l’embouchure au niveau de laquelle la Gironde se jette dans l’océan Atlantique, entre Le Verdon et Royan. Par contre, sa limite sud est plus arbitraire : officiellement, le Médoc prend fin à la Jalle de Blanquefort, appelée aussi Jalle noire. Cette limite inférieure passe également par Le Porge et prend fin au niveau de la réserve naturelle des marais de Bruges.

* Origines du nom.

L’ancien nom du Médoc est Meduli litus. Deux grandes théories s’affrontent quant à l’origine de ce nom. L’une soutient la thèse de la traduction latine qui signifierait littéralement « entre deux bords » faisant ainsi référence à la situation géographique du Médoc pris entre les bords de l’Atlantique et ceux de la Gironde.

L’autre thèse, soutient que l’origine de ce nom viendrait du peuple gaulois, les Médulles ou Medulli, une tribu de montagnards, dont une branche aurait pris ses quartiers dans le Médoc au 1er âge du fer. « Meduli litus », donna pendant longtemps, le nom de méduliens/méduliennes aux habitants du Médoc. Transformé peu à peu en médoquin/ médoquine (en gascon médouquî, -ina), les habitants du Médoc portent désormais le nom (généralisé par homophonie) de médocains. Enfin, on note aussi comme origine probable, le nom latin « in medio aquae » qui signifie « au milieu des eaux ».

* Historique.

Le Médoc est une terre chargée d’histoire. Toutefois beaucoup d'hypothèses sont énoncées : en effet, peu de traces d’occupation d’un peuple préhistorique n’ont été retrouvée. Les hommes du Paléolitique (jusqu'à -7 500 ans) n’ont laissé que d’infimes traces de leur implantation en Médoc.
De part son climat et sont paysage, le Médoc offrait aux hommes préhistoriques un relief pauvre et plat, sans grottes ou autres abris. Ce n’est qu’après la période glaciaire, avec la modification du paysage médocain, le réchauffement des températures et la montée des eaux qui ont progressivement formés la presqu’île de Médoc, que les peuples trouvent en Médoc une terre d’accueil. Au début de l’âge du métal (appelé aussi protohistoire), le Médoc a révélé ses capacités et la richesse de son sol. Riche en gisements à l’âge du bronze (-1 800 à -725), le Médoc devient ainsi propice aux créations en tous genres (sculptures, etc.)

De nombreuses fouilles, notamment à Soulac, révèlent une forte activité liée au bronze avec entre autres la découverte du célèbre Sanglier de Soulac. La période de l’âge de fer (-725 jusqu'à -25) fût également une période importante dans le développement des terres méduliennes avec notamment l’installation du fameux peuple des Médulles (Medulli). Juste avant la romanisation, le Médoc épargné par la guerre des Gaules cohabite avec un peuple Celte : les Bituriges Vivisques (en latin : Bituriges Vivisci). Ce peuple celte occupait toute l’embouchure de la Gironde, Bordeaux (aciennement Burdigala, du latin « gala » = lieu gaulois et « burdi » = fer) était alors leur chef-lieu. Ces derniers ont fondé en Médoc la ville gallo-romaine de Noviomagus, dont les vestiges sont encore visibles aujourd’hui sur le site archéologique de Brion, à Saint-Germain-d’Esteuil. La romanisation fût profitable au Médoc. C’est lors de cette période que les romains ont introduit la viticulture, le commerce du vin était né ! Depuis ce temps là, le médoc s'illustre à travers le monde de part ses vignobles, des plus connus aux plus typiques...

* Paysages Médocains.

Le Médoc se présente sous différents visages. Trois grands types de paysages se partagent la presqu’île offrant ainsi de nombreux environnements aussi riches que contrastés.
- le Médoc viticole. Fort de son histoire, le Médoc est aujourd’hui l’un des vignobles les plus connus au monde.
Dans le prolongement du vignoble Bordelais on trouve sur les coteaux de la Gironde d’immenses surfaces viticoles qui font le charme et la renommée de la région.

- la Lande médoquine. Traditionnellement appelée « pinède », les forêts du Médoc s’étendent sur des hectares entiers essentiellement boisés de pins maritimes. Officiellement rattachés aux Landes de Gascogne, ces terrains étaient à l’origine pour la plupart impropres à toute culture et essentiellement marécageux. Le 19 juin 1857, une loi ordonne l'assainissement et la mise en culture des Landes de Gascogne. Cette loi impose aux communes des départements de la Gironde de boiser leurs terres. De cette loi découlera donc l’assèchement d’une grande partie des marais médocains créant ainsi une activité forestière d'autant plus en Médoc, qui exploitait déjà depuis très longtemps le pin maritime notamment pour sa résine.

- le littoral médocain. Autre visage, loin des vignobles, les plages du Médoc s’étendent sur près de 90 km de long baignées par l’océan Atlantique et constituent une grande partie de la côte d'Argent. Cette large bande de sable a permis, au cours de l’histoire, la création d’une dizaine de stations balnéaires plus ou moins anciennes qui révèlent toutes un visage unique. Grâce à sa situation géographique le littoral médocain offre de puissantes vagues propices à la pratique du surf, du bodyboard ainsi que de multiples autres sports nautiques. Le Médoc est aussi un des hauts lieux du naturisme notamment grâce au centre Hélio-marin de Montalivet, premier domaine de vacances naturistes familiales au monde et de son homologue le centre naturiste d'Euronat à Vensac.

Au-delà des plages, se présente au milieu des bois, de nombreux lacs et étangs qui hébergent une flore et une faune typique.

texte issu de http://www.guide-medoc.com/historique-medoc.html

Il existe aussi, sur la côte Atlantique, entre le vert de la nature, et le bleu de l’eau, un resort naturiste, La Jenny, avec toutes les infrastructures pour les vacances. 

Inventaire de différentes cartes consultables sur internet.

CARTE DE MASSE.

Echelle 1/28800. Début du 18ème siècle

Claude Masse (1652-1737) est un ingénieur géographe connu pour ses plans de fortifications et ses travaux en Charente. Après des relevés sur le terrain, effectués entre 1707et 1709, il a dessiné une carte de l'ensemble du Médoc à l’échelle de trois lignes pour 100 toises, soit 1/28 800. Il s’agit d’une carte en 13 feuilles, à l’échelle de « 3 lignes pour 100 toises » soit 1/28.000. C’est une carte manuscrite en couleurs, elle peut être consultée à la Bibliothèque municipale de Bordeaux. Lorsqu’il effectuait ses relevés sur le terrain, Masse notait sur des carnets toutes ses observations, y compris son jugement sur les peuplades locales aux mœurs plutôt rudes. Cette carte est digne d'intérêt car c'est la première carte à grande échelle de la région. Seuls, les reliefs importants sont figurés. Ce sont les lignes de coteaux bordant la Jalle et ses affluents, et d'autres moins évidentes sur le terrain. Si le dessin de la Jalle est très précis, celui des ruisseaux est souvent approximatif. Il n'y a aucune différence entre les chemins les plus importants et les autres, ce qui donne un réseau assez confus. Cette carte étant antérieure à la construction des routes de Tourny, elle montre les tracés des anciennes voies. Les bois, près et vignes sont parfois mentionnés. Les toponymes sont souvent approximatifs.

CARTE DE BELLEYME.

Echelle 1/43200. Seconde moitié du 18ème siècle.

Pierre de Belleyme (1747-1819) est un ingénieur géographe du roi Louis XV. En 1761, un arrêt du Conseil du Roi ordonne le levé de la Carte de la Guyenne, aux frais de la province. L’entreprise cartographique confiée à Pierre de Belleyme qui laissera son nom à la carte. Les levés, effectués de 1761 à 1774, au 1/43 200ème à une échelle double de celle de la Carte de Cassini, permettent de soigner la partie topographique du travail : la légende différencie les routes et les chemins ; elle distingue les forêts et les bois, les châtaigniers, les « pinadas », les landes, les marais et les dunes de sable. Le réseau hydrographique est soigneusement étudié.

CARTE DE CASSINI.

Echelle 1/86400. Seconde moitié du 18ème siècle.  

La carte de Cassini ou carte de l'Académie est la première carte générale et particulière du royaume de France. Il serait plus approprié de parler de carte des Cassini, car elle fut dressée par la famille Cassini, principalement César-François Cassini (Cassini III) et son fils Jean-Dominique Cassini (Cassini IV) au 18ème siècle. L'échelle adoptée est d'une ligne pour cent toises, soit une échelle de 1/86400 (une toise vaut 864 lignes). Cette carte constituait pour l'époque une véritable innovation et une avancée technique décisive. Elle est la première carte à s'appuyer sur une triangulation géodésique dont l'établissement prit plus de cinquante ans. Les trois générations de Cassini se succédèrent pour achever ce travail.

ATLAS DE TRUDAINE.

Echelle 1/8600. Seconde moitié du 18ème siècle.

Les atlas dits « de Trudaine » furent élaborés au 18ème siècle, à l’instigation de l’intendant, Daniel-Charles Trudaine,  puis directeur des Ponts et Chaussées qui leur laissa son nom. Le but était de dresser une carte générale des routes royales de France. Les travaux de levé prirent quelque trente-cinq années, s’étalant de 1745 à 1780 environ. Chaque route royale fit l’objet d’un dessin précis, incluant en outre toutes les constructions existant sur une étendue de six lieues de part et d’autre de la chaussée : pont, moulin, ferme, grange, hameau, ville.

CARTE D’ETAT-MAJOR au 1/80000.

Echelle : 1/80000. 1818-1875.

Cette carte succède à la  carte de Cassini. La carte d'État-major est une carte générale de la France réalisée, dans sa première version, entre 1818 et 1875. Pour la première fois, des mesures précises d’altitude sont effectuées. Même si la figuration rationnelle du relief reste la grande nouveauté par rapport à la  carte de Cassini, il n'en demeure pas moins que, malgré la présence de points côtés sur la carte, on ne peut donner l'altitude exacte d'un point quelconque du document final.

Elle doit son nom au fait qu’elle était destinée avant tout aux militaires ; la couverture des régions frontalières a été prioritaire, celle du Sud-ouest plus tardive.

CARTE D’ETAT-MAJOR au 1/50000.

Echelle : 1/50000. 1898.

À partir de 1898, la carte d’état-major est éditée à l’échelle 1/50000 qui en simplifie l’utilisation : 1 centimètre y représente 500 mètres. Dans ses premières éditions, le relief est toujours représenté par des hachures. Mais cette carte évolue : en 1900 elle est en couleurs, en 1922, le relief est figuré par des courbes de niveau qui permettent de déterminer l’altitude de chaque point.

CADASTRE NAPOLEONIEN.

Echelle 1/2500. 1808-1812.

Le cadastre est un système d'évaluation et de définition des propriétés foncières servant de base à l'assiette fiscale de l'impôt foncier et à sa juste répartition. Il indique, pour chaque commune du territoire, l'emplacement, la surface et la valeur de tout bien foncier. Il est instauré sous Napoléon 1er par la loi du 15 septembre 1807 mais sa mise en œuvre peut être plus tardive.

Le cadastre se compose de trois éléments : le plan parcellaire ou plan cadastral : - découpage de la commune en sections et en parcelles, - les états de section : répertoire des propriétaires, nature des sols (cultures), toponymie au moment de l'établissement du cadastre, - la matrice des propriétés bâties et/ou non bâties : enregistrement des modifications et des mutations relatives aux biens fonciers.

Les plans cadastraux "napoléoniens" de la Gironde, conservés aux Archives départementales, ont fait l'objet d'une numérisation intégrale et sont consultables sur internet.

« Vers un désastre climatique ? Du 17ème au 21ème siècle, l’histoire du climat montre que les soubresauts sociopolitiques sont liés à la courbe thermique ». Tel est le titre d’un article d’Emmanuel Le Roy Ladurie, paru dans le journal le Monde du 4 décembre 2011. Il pense avec l’historien américain Geoffrey Parker que « le réchauffement climatique d’aujourd’hui va s’accompagner en diverses régions de la planète, de guerres, de trouble sociaux graves… »

Cet auteur a étudié le petit âge glacière du 17ème siècle et plus précisément des années 1640 où se sont produits des accidents météo à répétition, entrainant famines, migrations et guerres civiles et étrangères dans le monde entier ; par exemple, en France l’accumulation du froid lors du siècle de Louis XIV de 1687 à 1701 a provoqué des famines, succédant aux millésimes ensoleillés de 1676 à 1686.

C’est en 1967 qu’Emmanuel Le Roy Ladurie ouvrit la voie à cette discipline nouvelle en publiant sa célèbre « Histoire du climat depuis l’an mil (Flammarion). Les canicules furent autrement plus meurtrières que celle de 2003 : en 1719, un été sec et brulant tue non pas 15 000, mais 450 000 personnes sur 22 millions de sujets de Louis XV, en plus de la mortalité d’année normale. Il s’agissait alors non pas de vieilles personnes, mais de bébés et d’enfants. L’histoire officielle n’en a jamais parlé de ce massacre des innocents ; les nappes phréatiques et les fleuves devenaient très bas, l’eau était infectée, on la buvait pourtant. D’autres dysenteries, nées de canicules du même genre, sont répertoriées en 1706 et 1747 et firent chaque fois 200 000 morts… Ce n’est pas le roi, ses maitresses et ses ministres qui ont comploté contre le peuple, c’est le résultat d’une météo défavorable au blé semé, puis poussé puis coupé. Le manque de farine s’explique par le déluge pluviométrique qui a anéanti les moissons. Parmi les mille « causses » de la révolution française figure la canicule de 1788 : récolte échaudée, pain hors de prix, émeutes contre les « affameurs du peuple »… d’après un article d’Emmanuel Le Roy Ladurie, paru dans le journal le Monde du 1 février 2006.

On peut encore citer la grande famine de 1693, extraordinaire catastrophe nationale préparée par des abats d’eau incessants et par une pluviométrie trop considérable dès l’été et l’automne 1692. Bilan de ces années diluviennes, famineuses et du coup épidémiques en 1693 : 1 300 000 morts supplémentaires sur une population de 20 millions de personnes… Des grands hivers, celui de 1709 reste le plus considérable qu’on ait eu en Europe depuis cinq cents ans. Il a déclenché la famine par destruction des blés en herbe en raison du gel, provoquant de la sorte par ricochets divers, 600 000 morts additionnels en France, morts un peu de froid, un peu plus souvent de faim, mais surtout à cause des épidémies collatérales, typhus, dysenterie, fièvres, etc. d’après un article d’Emmanuel Le Roy Ladurie, paru dans le journal le Monde du 25 octobre 2006.

L’étude de la mortalité corrobore cette étude climatologique et bien des généalogistes sont terriblement émus quand ils relèvent les nombreux décès d’enfants dans ces années-là…