Géo-Physique

Il n'y a aucun article dans cette catégorie. Si des sous-catégories sont affichées sur cette page, elles peuvent contenir des articles.

Sous-catégories

Les cours d’eau de la commune.

La Jalle ainsi que le ruisseau du Monastère, le ruisseau du Haillan, le ruisseau de Magudas sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune du Haillan.

L’eau :

Dans nos communes de l’entrée du Médoc, l’eau est un élément indispensable à la vie et à l’organisation humaine. Chaque commune est traversée d’ouest en est par des cours d’eau aux multiples noms ; des jalles plus ou moins importantes (nom commun gascon, pour désigner un cours d'eau), des ruisseaux, des estey, des crastes fossés de drainage) et des berles (un vieux fossé en gascon), qui mènent à la Garonne. Les zones humides des palus alternent avec les marais des vallées des Jalles.

La Jalle :

Une jalle est le nom commun gascon, pour désigner un cours d'eau.

« Le mot générique qui semble propre à la région pour désigner un cours d’eau d’une certaine importance est « jalle » sur lequel se sont formés de nombreux lieux-dits dès 1298 (« devert la Jale »), « entre deux Jalles » (1688), « la Jalle de Plassan » (1542) ou « la Jalle de Saulesse » (1542). Le nom déformé a vraisemblablement formé « Geles », dans le « Bois de Geles ». Le mot « jalle » peut venir du pré-indo-européen « cale, care »

Texte issue d’Anne Cavignac, Les noms de lieux du canton de Blanquefort, 1968, 3 tomes p. 105-120. »

Une Craste :

Nom qui vient du gascon crasta, issu du latin castrum désigne, dans les Landes de Gascogne, un fossé de drainage, généralement creusé dans le sable, aménagé pour assainir la lande humide. En usage depuis des siècles, la craste se généralise au milieu du XIXème siècle afin de faciliter l’écoulement des eaux et rendre possible la mise en culture du pin maritime. Le terme est passé dans le vocabulaire régional courant.

Source : Wikipédia.

Une Berle :

nom gascon très répandu, désigne en forêt un vieux fossé.

Un Estey :

Sur les rives de la Gironde, de la Garonne et de la Dordogne, sur la côte du Bassin d’Arcachon, des cours d’eau se jettent en formant des esteys.

Ces esteys sont soumis au régime des marées, ils ont longtemps abrité de petits ports utilisés par les bateliers et les pêcheurs. Avec la disparition de la batellerie, ils ne sont plus fréquentés que par les pêcheurs et les plaisanciers.

Ce terme est à rapprocher de celui d’étier ou d’estier, le canal qui alimente les marais salants ou qui relie un lac et une rivière.

Pour certains auteurs, au nord de Bordeaux sur la rive gauche de la Garonne puis de la Gironde, ce terme n’est plus employé. Un examen attentif des cartes actuelles ou anciennes permet de démentir cette théorie.

Il y a d’abord l’Estey Crebat, exutoire des marais de Bordeaux entre Bacalan et la Jalle de Blanquefort que d’aucuns considèrent comme l’estuaire du Limancet.

Plus au nord, le plan cadastral de Pauillac (1825) nous livre les noms des esteys du Gart, de Padarnac, de la Verrerie et de Saint Lambert.

Entre Saint-Estèphe et Saint-Seurin de Cadourne on trouve l’Estey d’Un.

Admettons donc que le terme est plus fréquent en amont de Bordeaux, mais reconnaissons qu’il est également utilisé au nord.

Texte de Michel Baron