Population

Il n'y a aucun article dans cette catégorie. Si des sous-catégories sont affichées sur cette page, elles peuvent contenir des articles.

Sous-catégories

Nous possédons différentes sources d’information sur la population de Blanquefort.

Les recensements qui ont lieu tous les cinq ans, nous fournissent de 1906 à 1946, nombre d’informations (à noter qu’ils ont été interrompus pendant les guerres en 1916 et en 1941).

 

La langue gasconne.

La langue parlée à Blanquefort durant plusieurs siècles a été une langue gasconne.
Cette langue que certains de nos concitoyens réapprennent à parler aujourd’hui a fortement marqué les relations familiales et humaines et même le territoire puisqu’aujourd’hui un bon nombre de toponymes sont nettement d’origine gasconne. Pour retrouver sur le site une centaine de lieux-dits d’origine gasconne de la commune de Blanquefort, cliquez ICI.
Cette langue est caractérisée entre autres par son vocabulaire, ses tournures et originalités grammaticales, elle a en particulier fleuri dans les chaffres locaux, elle a son accent, sa verdeur, son humour (ah ! les histoires gasconnes !).

Aujourd’hui, encore, elle divise les habitants par sa façon de prononcer plusieurs lieux-dits.
Nos anciens parlaient le patois local jusqu’aux guerres mondiales : voici une anecdote savoureuse relevée dans un procès-verbal de la gendarmerie de Blanquefort le 27 janvier 1942  (PV n°46) « constatant des dégâts à récoltes sur pied (ce sont des choux) par un troupeau gardé ». La plaignante est la propriétaire récente du château Breillan, avec son mari, M. Gaston Cardineau, capitaine aux armées, 47 ans ; ils venaient d’acheter en 1939 le château à M. Daniel Dolfus. Leur résidence principale était néanmoins au château d’Oléron, dans l’île d’Oléron. Mme Blanche Cardineau, 42 ans, propriétaire à Breillan à Blanquefort, était en conflit avec des voisins… Elle était sur une petite voiture attelée d’un âne ; elle signale aux gendarmes qu’ « une vieille femme qui gardait ses vaches s’est mise à gesticuler et crier très fort dans un langage que je n’ai d’ailleurs pas compris ». Cette femme parlait patois !

Texte d'Henri Bret.