Antiquité

L’Antiquité à Parempuyre

La commune de Parempuyre a aussi livré des vestiges d'antiquité et des restes de l'emprise de la voie romaine qui furent recensés les auteurs précités, Jouannet et Piganeau, ainsi que par le grand Camille Julian en 1890. Ces auteurs voyaient dans cette chaussée la voie qui unissait Burdigala à Noviomagus (novio=nouveau, magus=marché), deuxième emporium (ville de commerce ou port) et cité mythique des Bituriges Vivisques dont l'implantation réelle suscite encore des controverses, Noviomagus à Brion ou bien au large de Soulac ?

Étude historique du terroir de château Cantemerle, Grand cru classé en 1855, Jean-Pierre Salles, avril 2003, 208 pages, Société Albedo, Gaillan-en-Médoc, p.17.

La période antique.

Au lieu-dit la ville, à 1 km environ au nord du bourg, avant 1837, F.-V. Jouannet décelait la présence de vestiges d'antiquités, lui faisant penser que la voie romaine (de Bordeaux à Noviomagus) passait sur le site : Jouannet (F.-V), 1823-1824, l, p. 164 ; 1837-­1839, II, 1, p. 139 ; Jullian (C.), 1890, II, p. 233 ; Piganeau (E.), 1897, p. 6.

Texte extrait de « Carte archéologique de la Gaule, pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de Michel Provost. Page 98 : le canton de Blanquefort dans La Gironde 33/1 par Hubert Sion, avec la collaboration du service Culture et Archéologie du Conseil Général de la Gironde. Diffusion : Fondation Maison des Sciences de l’Homme. Paris 1994.

Canton de Blanquefort (Insee 06). 46 - Parempuyre (Insee 312). »

Découvertes archéologiques pour la période de l’Antiquité.

Voici des extraits d’une thèse universitaire portant sur les rivages de l’estuaire de la Gironde et qui concernent Parempuyre.

IV- Époque gallo-romaine.

Nom du site : la Villa.

Désignation : construction.

Conditions de la découverte : première découverte dans la première moitié du XIXème siècle.

Présentation sommaire : de nombreux auteurs ont envisagé, à partir du toponyme, l'existence d'une villa gallo-romaine sur ce site. Les « traces d'antiquités » signalées par F.-V. Jouannet n'ont pas été décrites, mais elles semblent ne pas avoir l'ampleur espérée sur un site de villa. Sa position en limite des marais est cependant intéressante et mérite d'être signalée. Une « voie romaine » serait attestée au même endroit.

Datation : époque gallo-romaine.

Lieu de conservation : inconnu.

Parempuyre (N° I.N.S.E.E. 33 2 06 312). Arrondissement : Bordeaux - Canton : Blanquefort - Commune : Parempuyre - Diocèse : Bordeaux - Archiprêtré : Moulis - Vocable paroisse : Saint Pierre de Parempuyre.

Texte extrait de la thèse universitaire de Doctorat, « Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen Âge », Didier Coquillas, Université Bordeaux III, 2001, tome II-1.

La période romaine

A l'époque romaine, le fleuve Garumna longe dans sa partie occidentale, de nombreux marécages qu'il inonde généreusement, y déposant de riches alluvions.
La région est, à l'Ouest, recouverte du Saltus Vasconiae (origine du mot Gascogne) vaste et dense forêt de chênes et de pins, que l'on peut supposer giboyeuse et donc déjà fréquentée des chasseurs.
Deux villes: au Sud Burdigala, au Nord Noviomagus ; afin de relier l'une à l'autre, les romains construisent une voie traversant le Médoc dans toute sa longueur, la Lébade (ou levade).
Plusieurs écrits en signalent des vestiges sur notre commune, encore visibles il y a un peu plus d'un siècle. Si l'on se réfère au tracé établi d'après des photographies aériennes, par l'Institut Géographique National, cette voie semble, au contraire, beaucoup trop à l'Ouest pour avoir, logiquement, pu traverser notre commune.
Pourtant plusieurs chemins sortent de Burdigala, dont l'un, longeant les Piliers de Tutelle en direction NordlEst, peut avoir en droite ligne rejoint Parempuyre avant de bifurquer sur le Pian. C'est l'hypothèse avancée comme probable par le Professeur Etienne dans son ouvrage «Bordeaux Antique» en 1962.
Auparavant, en 1837 et 1897, plusieurs auteurs font état de ce même tracé, évoquant des vestiges de villa antique à Parempuyre. II peut donc être supposé qu'un chemin ait relié cette villa située sur notre sol à la voie de communication unique Burdigala-Noviomagus. Ceci concilierait toutes les hypothèses, nous permettant de justifier un passé antique à Parempuyre.
Le séisme de l'an 580 modifie le paysage régional médocain, transformant radicalement la pointe de la presqu'île et le littoral. La partie océane sombre dans les flots, engloutissant Noviomagus, s'il est vrai que cette ville était située en bord de mer.
La rive gauche du fleuve a, quant à elle, changé de physionomie au cours des siècles: la terre gagne peu à peu sur l'eau, quelques îles se rattachent à la terre, les marécages deviennent marais sillonnés de jalles et chenaux, de petits ports se créent et certains chenaux navigables, permettent aux barques d'apporter à l'intérieur des terres, sel, poissons et mollusques.
Après la domination romaine, notre sol souffre de multiples invasions: les Wisigoths, au début du Sème siècle, les Francs, cent ans plus tard, puis les Sarrasins qui, après avoir largement pillé et ravagé la région, y font souche. Enfin, sous Charlemagne, les Normands envahissent à leur tour le pays médocain.
Néanmoins, le Médoc semble se dépeupler: les guerres, maladies épidémiques et endémiques, les famines récurrentes, déciment les populations. Le haut Moyen-Age ne laissera que de rares vestiges. Il faudra attendre le Xlème siècle pour voir s'élever en Médoc églises, maisons fortes*, mottes* et salles*