Histoire Moderne

Le Médoc anglais

Aliénor, après dissolution de son mariage le 21 mars 1152 d'avec Louis VII, épouse Henri Plantagenet, lui apportant l'Aquitaine en dot.La terre des Médulli devient anglaise pour trois siècles.

Au cours du XIVème siècle, certains des palusdu Médoc méridional (Macau, Margaux, Parempuyre, Blanquefort) sont plantés de vignes par des marchands et bourgeois bordelais. Ces propriétés viticoles, appelées bourdieux, sont exploitées en gestion directe et non inféodées.À cette même époque, le négoce bordelais est florissant. Les marchands s'enrichissent et deviennent de bons bourgeois que, par coutume, on qualifie de « nobles hommes ». L'achat d'une charge de conseiller suffit pour siéger au Parlement et accéder, ainsi, à la noblesse parlementaire. Ces nobles hommes, quelquefois propriétaires de salles ou maisons fortes, marient leurs filles à des seigneurs, barons ou chevaliers.

Nous arrivons ainsi à la première histoire connue concernant précisément notre commune, alors paroisse reliée à la seigneurie de Blanquefort. La guerre de cent ans perturbe la vie des Aquitains. Aux périodes de guerre succèdent des périodes de paix. Le calme relatif des vingt dernières années du XIVème siècle permettent à la région bordelaise de reconstruire les villages et de reconstituer le vignoble.

En l'an de grâce 1347, la paix revient après huit années de guerre. La joie des habitants de notre région est pourtant de courte durée. Tornades et pluies incessantes noient cultures et vignes. La disette sévit dans les campagnes, la famine à la ville. La population s'attache pourtant avec courage aux travaux de réfection du vignoble qui faisait de la capitale d'Aquitaine (appelée « Bordeu ») une région prospère.

Succédant aux inondations arrivent une période de sécheresse puis de nouvelles pluies dans une chaleur étouffante. En juillet, la peste noire fait son apparition. Pendant dix mois, ce fléau frappe la région. En 1348, Bordeaux se relève de la peste noire d'une manière assez étonnante : en effet, l'épidémie ayant décimé la population, les survivants s'approprient les richesses des morts, provoquant une reprise économique spectaculaire (159 000 hl de vin sont exportés).

À cette époque un citoyen bordelais, Mayensan, possède à Parempuyre (orthographié alors Parrampuyre) une vaste propriété sur laquelle est sise une grande maison communément appelée salle.

C'est alors que Jeanne, fille de Mayensan épouse le seigneur Arnaud de Caupène, lui apportant en dot, outre 1'hôtel situé rue du Pas Saint-Georges à Bordeaux, le domaine de Parempuyre. Messire Arnaud, en bon époux, fait entourer la salle de larges fossés lui donnant ainsi l'allure d'une maison forte qui porte désormais le nom de La Motte-Caupène. Le fils né de cette union,également prénommé Arnaud, prendra à son tour le titre de seigneur de la salle

Caupène.

En 1403, alors que vient de naître le futur Charles VII, la trêve cesse et les bordelais subissent de nouveau les assauts des français. C'est très précisément le 10 juin de cette année-là que la noble Contor de Caupène reçoit le titre de Dame de Parempuyre. Épouse du seigneur de Roquetaillade, Arnaud de La Motte, cette noble Dame donne naissance à un garçon, Guillaume-Arnaud. Le duc Louis d'Orléans, frère de Charles VI, prend le commandement des troupes françaises, assiège Blaye et Bourg, puis poursuit par les places du Médoc dans le but de couper la capitale d'Aquitaine du royaume d'Angleterre. Les Bordelais résistent vaillamment. En 1406, les berges de la Garonne bordant Parempuyre verront passer la flottille des gabaresqui, profitant des courants de jusant, font fuir l'amiral français jusqu'à Saint-Julien du Médoc où ses navires sont détruits. Les quarante années qui suivent apportent leur lot de malheurs : guerre, épidémies, guerre civile effroyable, pi1lages, incendies vident les campagnes. Les vignobles sont abandonnés. Entre 1438 et 1440, Rodrigue de Villandrando, redoutable « écorcheur » (aventurier chef de bande), envoyé par Charles VII, sème la destruction dans le Médoc : Soulac, Castelnau, Lesparre, Blanquefort sont pillées, les villages de pêcheurs brûlés.À l'automne 1450, les troupes du Sire d'Orval contournant Bordeaux, s'installent près de Blanquefort. Le 1er novembre, malgré leur infériorité en nombre, les troupes françaises l'emportent sur les anglais. Guillaume-Arnaud se disant lui-même seigneur de Roquetaillade et de Parempuyre, est, par un titre du 5 juin 1447, qualifié simplement de seigneur de l'hôtel et salle Caupène. Ceci paraît plus vraisemblable puisque la Haute Justice de Parempuyre dépend de la seigneurie de Blanquefort. Néanmoins, ainsi que le précise un titre en date du 3 janvier 1509, la fille de Messire Guillaume-Arnaud, Catherine, reçoit la baronnie en héritage. Entre temps et fort de la victoire française à la bataille de Castillon, Charles VII obtient, après d'âpres combats, la reddition des bordelais le 9 octobre 1453. La Guyenne anglaise n'existe plus, les Anglo-Gascons deviennent sujets du Roi de France, Charles VII.

Texte extrait : Parempuyre, sa mémoire, ouvrage collectif édité par le Comité d’animation communale de Parempuyre, 1995, p.15-16. « Quand les Anglais vendangeaient l’Aquitaine » (cf. ouvrage de Jean-Marc Soyez)

À l’aube de la Renaissance, le domaine de la Motte Caupène

Le domaine de la Motte Caupène échoit par alliance dans la famille Lansac dont on sait peu de choses sinon qu'elle vend la propriété à François d'Alesme (que d'autres sources prénomment Guillaume) déjà propriétaire dans les marais,le 28 mai 1585, alors que sévissent les guerres de religion. Conseiller au Parlement, Messire d'Alesme devient Seigneur de la Motte-Caupène et du Labouret, il décède en 1596, année de la signature de l'Edit de réconciliation. Sa veuve, Catherine Lambert, hérite du domaine au nom de ses enfantsLe roi de Navarre devenu Roi de France, l'Edit de Nantes met fin, en 1598, aux guerres de religion. En cette fin du XVlème siècle la France entière se relève avec peine des combats fratricides.

Le XVIIème siècle s'ouvre sur une ère nouvelle. C'est à cette époque qu'est démembrée la Chatelleniede Blanquefort avec pour conséquence directe de donner véritablement aux Seigneurs de La MotteCaupène le titre de Seigneurs de Parrampuyre. Dame Catherine devient ainsi, en 1601, la première Baronne de Parempuyre.

Le partage de l'héritage entre le fils et la fille de Messire Guillaume d'Alesme donne lieu, au début du XVIIème siècle, à la division de la Haute Justice en deux juridictions :

- l'une appelée de Parrampuyre, au Sud, comporte le château de La Motte Caupène et la maison noble de Vallier,

- l'autre au Nord, dénommée Isle d'Arès, échoit à la demoiselle d'Alesme.

Texte extrait de : Parempuyre, sa mémoire, ouvrage collectif édité par le Comité d’animation communale de Parempuyre, 1995, p.16-17.