Les trois moulins de la commune 

 

La Jalle, appelée jalle de Blanquefort, descend des landes de Saint-Médard où elle prend sa source à 29 mètres de profondeur à Cap-de-Bos. Dans sa course, elle s'enrichit des eaux de plusieurs ruisseaux pour former l'étang de Bonneau. Grossie de la jalle de Martignas, elle passe sous le moulin de Caupian, à Saint-Médard-en-Jalles. Elle traverse Le Haillan, Eysines, Le Taillan-Médoc, Blanquefort, Bruges avant de se jeter dans la Garonne après un parcours d'environ trente kilomètres…

 

 

La Jalle de Martignas

Bien qu’extérieure à notre secteur d’étude des portes du Médoc, doit être reliée à la longue liste des moulins, une trentaine, bâtis sur cette Jalle, dont les trois moulins qui ont existé à Martignas-sur-Jalle : ceux de Grésillas ou du bourg, celui de Bidon et enfin le moulin de Peynau. Ils sont malheureusement tous détruits aujourd’hui, Bidon le dernier, en 1994.

Nous en trouvons la trace dans les différents cadastres ou plans cadastraux, ceux de 1813, de 1846 et de 1934

Cadastre de 1813 : état de section, propriétés bâties (sous forme de registres), dans lesquels figurent les trois moulins :

- le moulin à eau au lieu-dit Peysseaux (au bourg). Propriétaire : Bacquey Jeanne, veuve Eyquem. (A 182) (il est aussi connu sous le nom de Grésillas ou Grasilas, le lieu-dit proche et noté aussi moulin du bourg)

- le moulin à eau au lieu-dit la Taste, propriétaire Bidon Jean, maire (B 189)

- le moulin à eau au lieu-dit Terre Rouge. Propriétaire : Peynaud François, dit Lagneau (B 556).

La commune ne possède rien d’antérieur et le plan cadastral de 1813 a été détruit. Il en subsiste une copie aux AD.

Cadastre de 1846 : on trouve à nouveau deux de ces moulins dans l’état de section, propriétés bâties, avec des copies de plans.

- le moulin Bidon, propriétaire Jean Bidon à Lataste (B87)

- le moulin, propriétaire Lambert André, instituteur (A 279).

Le moulin de Peynau est sans doute déjà détruit. Il n’est plus cité en 1846, ni en 1934.

Plan cadastre de 1934 : plan cadastral (assemblage) pas de texte, mais des photos du plan…

- le moulin de Grasillas ou Gresillas (près d’Arrouet), celui du bourg.

- le moulin de Peynau (après Bidon).

Le moulin du bourg a été détruit après 1934, celui qui survécu le plus longtemps est celui de Bidon que nous connaissons le mieux. Il est décrit dans le journal municipal, les Echos.

On trouve une référence au moulin de Grésillas dans un acte ancien : Un moulin, appartenant à l'église de Maillezais, est cité au sujet d’une contestation du « lieu de Grésillas » entre les gens de Saint-Jean... d'un moulin par l'évêque, les prieurs...

 

Sur Google, on trouve cette référence : G 525-920 Archevêché de Bordeaux - Archives ...

archives.cg33.fr/bibliotheque/docs/FRAD033_G_1IR_000331432.pdf

Texte d’Henri Bret, d’après les archives municipales de Martignas-sur-Jalle.

 

p. 33-34. État de l'église Saint-Seurin au commencement de 1773. (dignitaires, chanoines ...... nes, Saint-Médard, Martignas, Saint-Jean-d'Illac, Ludon. — 4. Fos 1-5. ...... 1781.